Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 17 janvier 2013

1) Quand on part de la maison et qu'on ne sait pas quoi penser

C'est un moment que nous redoutions avec Lydie, un moment dont on ignorait quelle serait notre réaction: Fermer notre maison pour ne plus y revenir. Pour une excellente raison certes, le grand départ, notre nouvelle vie maiiiiiiiiiiiiiiiis bon...

Alors on se demandait si on allait être plutôt:
ou

Parce que bon, cette maison, c'était notre première maison. Celle que nous avons acheté tous les deux,  celle qui a vu les premiers pas de Peste, celle qui a vu naître Choléra.
Tant de moments heureux mais aussi les moments difficiles.

Cette maison c'était un peu notre repère, notre tanière. L'endroit où se sentait le plus en sécurité, notre point de chute, toujours.

Bon, je dis pas qu'elle ne nous a pas saoûlé, agacé, énervé, ruiné, hein?! C'est une maison quand même!

Mais avec le recul, et même si j'ai répété un milliard de fois "dans la prochaine baraque, je planterai même pas un clou, j'en AI MAAAAARE", on ne regrette rien.
On ne regrette pas les heures passées à la retaper, à la décorer, à l'entretenir.
Tout simplement parce que l'on y était bien!

Alors, au final, pas de grandes larmes, pas de danse de la joie. Pas de remord ni de regret.
 Juste une étape normale dans le processus d'immigration.

lundi 14 janvier 2013

Aujourd'hui nous sommes le 14 janvier 2013, nous sommes arrivés il y a 17 jours ( ouai je sais, je suis à la bourre!)

Salut les gens
Bon, 17 jours qu'on est arrivé, il serait temps d'informer le reste du monde de ce qu'il s'est passé pour nous (je sais que vous n'en pouvez plus d'attendre, Ô foule en délire!)
Comme y a du travail en retard, voilà les sujets sur lesquels nous allons écrire:

1)Quand on part de la maison et qu'on ne sait pas quoi penser



2) Quand on se retrouve sans domicile fixe


3)Quand il faut enchaîner les au revoir

4)Quand c'est le jour du départ

5)Le jour de l'arrivée ( oui c'est pas le même!)

6) Quand on va à l`hôtel et qu'on a pas à faire à manger ni le ménage




7)La découverte de la future tanière

8)Jour de l'an
(bah là j'trouve pas!)

9)Le magasinage ( les meubles, le char, la food)

10)Quand il faut habiller les enfants pour le froid

11)Quand la rentrée scolaire de Peste et Choléra s'est bien passée


12) Quand on cherche du travail


13)Quand on découvre l'administratif au Québec et que c'est FACIIIIIIIIIIIILE





lundi 3 décembre 2012

Quand je pense que c'est certainement ma dernière semaine de travail

J-24 Quand la boule de poils va dans sa nouvelle famille d'accueil

Il y a toujours deux façons de voir le verre:  à moitié plein ou à moitié vide ( même si techniquement et d'un point de vue purement physique  le verre est toujours plein, en effet le volume occupé par un liquide quel qu'il soit, que ce soit une solution acqueuse, ou distillée, est toujours complété par un volume gazeux, appelé communément "air "et qui... bon bref!)

Donc disais-je: soit on est triste de voir partir Ködâ (Le félin famillial) de notre foyer, soit on se réjouit qu'il aille dans une nouvelle famille qui va l'aimer et dans laquelle il va être très heureux. Bien évidémment, toi, lecteur assidu ( oui oui même toi là au fond!), tu sais quelle option  Lydie et moi avons choisi.
Bon  maintenant c'est au tour des enfants de le comprendre.

Jules étant allergique à la partie poileuse de la bestiole, il ne l'approche pas et leurs rapports se limitent à quelques griffures et "Bouuuh Ködâââââââ j'vais te mâââââângeeeeeeeeeer!"

Pour Léna même si le lien est tout de même très limité (c'est un chat qui vit dehors, pas vraiment calin), elle l'a depuis ses 3 ans. Elle est habituée à le voir et de temps en temps, elle lui prodique quelques séances de gratouilles et donc y est un peu plus attachée.

Nous lui avons expliqué bien évidemment le fonctionnement émotionnel d'un chat: ses seuls besoins de sécurité et de nourriture, que le chat ne sera pas "triste", d'autant qu'il va à la campagne dans une grande maison avec un jardin, de grands espaces pour chasser, des enfants qui l'attendent, etc...

Mais on ne peut que comprendre que c'est (encore) un chamboulement de plus dans son quotidien et ses habitudes. Ca fait beaucoup pour mon-petit-bébé-d'amour une jeune fille toute pré-ado soit-elle!

Visiblement, tout s'est bien passé ce matin pour le départ à l'école. Léna à envoyer un message à son oncle qui adopte le chat qui sonne comme un avertissement: " Tu vas bien t'occuper de Ködâ, je compte sur toi!"

Nous verrons ce soir.

samedi 1 décembre 2012

J-26 Quand la pré- ado familiale se pose moultes questions


Les Candidats à l’immigration Québécoise qui détiennent au sein de leur doux foyer,  cet animal familier si particulier qu’est le pré-ado ont déjà sinon écrit, au moins réfléchi sur les impacts ordinaires que ce projet peu ordinaire peut avoir sur les enfants de cet âge extraordinaire.

Notre animal à nous, splendide espèce du Pré Adolecentus Vulgaris,  appartient à la catégorie des Sensibilis Empathitae.
Bien évidemment c’est la plus belle, la plus intelligente, la plus drôle et la plus fine ! (non mais sans déconner pas la peine de chercher à mettre en avant la vôtre, c’est la nôtre qui gagne !)
Mais la vie n’étant qu’un long fleuve pas si  tranquille que ça, elle nous confronte tout le temps, souvent parfois à des situations toutes aussi inédites que déconcertantes et notre départ agit sur cette aptitude à nous surprendre comme du White Spirit sur un barbecue, bref beaucoup!

Chapitre I: La mise en condition

Cela fait deux ans que nous lui parlons de notre immigration.
Connaissant son caractère plutôt inquiet et son besoin de cadre nous avons pris le pari de lui en parler dès le début, quitte à ce que le temps lui paraisse un peu long (elle avait neuf ans à l’époque et en âge de bestiole : ca fait jeune)
Comme vous tous (bande-de-fourbes) nous lui avons fait l’inventaire de tous les avantages qu’elle gagnait à vivre cette Aventure. Mais comme d’excellents parents que nous sommes (contrairement à vous, toujours-bande-de-fourbes) nous n’avons jamais occulté les aspects plus difficiles que cela représentait (séparation des copines, de la famille, changement de maison, de cadre, de pays, de culture, …)
Tant que cela n’était pas trop concret (on va aller vivre au Canada, on vendra la maison, on aura une nouvelle maison, …) elle était pleine d’enthousiasme.
Mais le jour où c’est devenu concret…

Chapitre II : La marche arrière

Le soir où nous sommes rentrés de la signature chez le notaire, notre Pré Adolecentus Vulgaris Sensibilis Empathitae nous lâche l’air de rien, au moment de se coucher : « Au fait, j’ai oublié de vous dire : j’veux plus partir ! »

[NDLR Là normalement, toi qui est aussi éleveur de ce genre de bestiole, tu sais ce que ça veut dire : il est 21h et tu vas pas descendre avant 22h30 de sa tanière chambre. Et en plus, les pâtes vont être froides !]

Chapitre III : Libérer la parole

Notre Pré Adolecentus Vulgaris Sensibilis Empathitae étant une adepte du « Je-te-dis-un-truc-qui-va-te-cueillir-sur-n’importe-quel-sujet-au-moment-tu-t’y-attends-le-moins », nous avons décidé de faire de même avec elle : attendre un moment anodin et bim lui balancer un truc anxiogène et se marrer pour la faire réfléchir sur une notion qui ait un rapport avec l’immigration : la séparation, le patriotisme, la relation aux autres, l’égoïsme, l’empathie, etc…
Et vraiment c’est quelque chose qui fonctionne très bien, tout du moins avec notre spécimen. Chaque situation nous permettant de lui faire la preuve de quel est son intérêt à s’investir dans ce projet est une aubaine et une opportunité pour lancer la discussion voire le débat, répondre à des questions et/ou éclairer des zones d’ombre.

Conclusion 
A J-26, la Pré Adolecentus Vulgaris Sensibilis Empathitae se projette de plus en plus dans cette Aventure et ce n’est pas sans mal.
La culpabilité « d’abandonner » sa meilleure amie (sa *<3 BBF <3 *comme elles disent), la gestion de son empathie pour cette meilleure amie, la perspective de quitter les seuls repères qu’elle ait jamais connu (la maison, l’école, les bruits, les odeurs…).
Tout ça finalement est relativement gérable et surtout acceptable pour la bestiole dès lors qu’elle est sollicité et poussée à se questionner et donc à trouver ses réponses.

On a pas fait exprès mais je crois qu’on vient d’initier notre Pré Adolecentus Vulgaris Sensibilis Empathitae à la philosophie…